• The Riot Club (2014)

    The Riot Club (2014)Un film d'une rare intensité, qu'on ne peut pas aimé tout en le trouvant fascinant.

     

     

    Titre original : The Riot Club

    Réalisé par Lone Scherfig
     

    Avec Sam Claflin, Max Irons, Douglas Booth, Sam Reid...

    Sortie ciné : 31 décembre 2014

     

    Synopsis :

    Miles et Alistair rentrent à Oxford. Ils sont beaux, ils sont de bonnes familles et surtout l'occasion leur est offerte d'intégrer le Riot Club. C'est un petit cercle très fermé, regroupant des jeunes hommes issus de l'élite anglaise, et qui ne pense qu'à s'amuser sans se préoccuper des répercutions de leurs actes.

     

    Mon avis :

    C'est un film difficile à résumer. Je ne peux pas dire qu'il est mauvais, loin de là. Mais je ne peux pas non plus dire que je l'ai aimé, car il met profondément mal à l'aise. Tout au long du film, on voit dix jeunes hommes se comporter comme si le monde leur appartenait, on les voit agir sans penser aux conséquences. Tout au long du film, on sent que certaines choses vont mal tourner, sans jamais vraiment savoir quoi.

    C'est 1h46 de malaise fascinant. Parce que oui, ce film est fascinant. Il en met plein les yeux (et je ne parle pas uniquement des acteurs) et les oreilles. Il est dérangeant en ce qu'il est réaliste. On a l'impression d'assister à une histoire vraie. On est emporté par le tourbillon de ces jeunes que rien ne semble arrêter, accroché à ce qu'ils font tout en se disant "mais non ! arrêtez !". On a envie de rentrer dans l'histoire pour la changer, pour empêcher les évènements de se dérouler comme on le pressent.

     

    Les personnages que je retiens :

    - Le patron de l'auberge : un homme honnête et chaleureux, dépassé par les évènements. Il souffre inutilement et nous fait souffrir pour lui. C'est sans doute le personnage le plus attachant du film et on ne peut qu'être triste de sa rencontre avec ces abrutis du Riot Club.

    - Miles : jeune assez simple, entraîné dans le Riot club par la fascination que celui-ci exerce sur les non-membres. Il va se retrouver confronté à des choses qui le dépassent, incapable de réagir avec intelligence.

    - Alistair : au premier abord, il paraît mal à l'aise d'être un 'fils de' et un 'frère de'. Pourtant, il est plus qu'heureux d'intégrer le Riot club et il se révèle bien plus cruel que sa gueule d'ange ne le laisse paraître.

    - Harry : c'est le beau gosse, riche et intelligent qui se croit supérieur au commun des mortels (comme à peu près tous les membres du Riot club).

    - James : c'est un 'fils de' complètement dépassé par les évènements. Un véritable couard.

    - Hugo : grand nombre mais désargenté, ce qui en fait un suiveur et un lâche.

    - Lauren : gentille fille qui a eu le malheur de croiser les membres du Riot sans avoir le même statut qu'eux.

    - Charlie : elle apparaît peu mais il faut saluer la classe de Nathalie Dormer dans ce rôle. Sans doute le seul personnage qui n'a pas peur de mécontenter ces messieurs de la haute.

     

    Pour finir, c'est clairement un film à voir. Indéfinissable, prenant et perturbant, il prête à la discussion. Il marque les esprits et il est impossible d'y être indifférent. C'est d'ailleurs là que réside la force de ce film, dans sa capacité à nous y attacher tout en provoquant des sentiments contradictoires.

    Pin It

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :