• Morwenna - Jo Walton

    Morwenna - Jo WaltonUne belle découverte, même si je n'ai pas accroché à tous les aspects de l'histoire.

     

     

    Titre original : Among Others

    Année de publication : 2011 (2014 en France)

     

    Quatrième de couverture :

    « Morwenna Phelps, qui préfère qu’on l’appelle Mori, est placée par son père dans l’école privée d’Arlinghurst, où elle se remet du terrible accident qui l’a laissée handicapée et l’a privée à jamais de sa sœur jumelle, Morganna. Là, Mori pourrait dépérir, mais elle découvre le pouvoir des livres de science-fiction. Delany, Zelazny, Le Guin et Silverberg peuplent ses journées, la passionnent.

    Un jour, elle reçoit par la poste une photo qui la bouleverse, où sa silhouette a été brûlée. Que peut faire une adolescente de seize ans quand son pire ennemi, potentiellement mortel, est une sorcière, sa propre mère qui plus est ? Elle peut chercher dans les livres le courage de combattre.

    Ode à la différence, journal intime d’une adolescente qui parle aux fées, Morwenna est aussi une plongée inquiétante dans le folklore gallois. Ce roman touchant et bouleversant a été récompensé par les deux plus grands prix littéraires de la science-fiction : le prix Hugo et le prix Nebula. Il a en outre reçu le British Fantasy Award. »

     

    Mon avis :

    Je suis assez mitigée à propos de Morwenna. D’une part, j’ai vraiment bien aimé la manière dont est contée l’histoire ; mais d’un autre côté, je n’ai absolument pas accroché avec la magie et les fées qui sont une part non négligeable de la vie de Mori.

    Mori est une adolescente endeuillée par la mort de sa sœur, dont elle rend responsable sa folle de mère. Après s’être enfuie de chez elle, elle est confiée à la garde de son père qu’elle n’a jamais vu après qu’il ait quitté sa mère, quand elle n’était encore qu’un bébé. Elle doit alors apprendre à connaître cet homme, ses trois étranges tantes et une école qui prône la compétition sportive alors qu’elle-même a désormais une jambe handicapée. Et pour couronner le tout, elle est en Angleterre, loin de sa Galle du Sud natale.

    C’est donc une adolescente qui va devoir se réinventer une vie, se faire de nouveaux amis et apprendre à vivre sans sa sœur avec qui elle faisait tout. Elle n’aime pas l’école, mais ses heures de loisirs lui permettent de lire énormément de livres. Rapidement, la bibliothèque de l’école ne lui suffit plus et elle doit avoir recours au prêt entre bibliothèques par celle de la ville la plus proche.

    Cette passion pour les livres, principalement de science-fiction, va être rapidement remarquée par la bibliothécaire de l’école et celui de la bibliothèque de la ville. Ce dernier lui offre alors l’opportunité d’intégrer un club de lecture. A travers lui, Mori va pouvoir parler de ce qui la passionne et se faire de vrais amis.

    Tout ce qui concerne les livres est parfois difficile à suivre quand on ne connaît pas les ouvrages en question. Mais je ne critiquerai pas ce point, elle parle de McCaffrey. Plusieurs fois he Et puis c’est surtout un moyen de montrer qu’elle lit énormément et qu’elle sait réfléchir sur ses lectures. Elles lui permettent d’analyser la vie en général et d’en tirer des enseignements.

    Par contre, il y a une grande part du récit qui concerne la magie et les fées. Le concept en lui-même ne m’a pas dérangé. C’est de me dire qu’elle y croit réellement et que tout paraît si réelle sans que j’en sois convaincue qui m’a gêné. J’avais plus l’impression que c’était un moyen pour elle de garder le contact avec son passé, sa sœur disparue, même si Wim semble lui aussi voir les fées.

    La fin aussi m’a laissé perplexe. D’un côté, si sa magie existe vraiment, alors tout est réglé trop rapidement, trop facilement. Sinon, je pense que c’est un moyen symbolique de montrer que Mori se sent enfin capable de passer à autre chose. De vivre pour elle-même, en acceptant définitivement la mort de sa sœur.

     

    Les personnages que je retiens :

    - Mori : elle vie dans un monde que je n’arrive pas à saisir. Sa passion du livre s’explique par son besoin de s’évader et son incapacité à faire du sport et à comprendre les autres. Elle a une vision des choses parfois assez drôle.

    - Daniel : je crois que sa fille l’a libéré d’une vie morne et sans intérêt.

    - Wim : il est le soutien dont avait besoin Mori, le seul a qui elle ait été capable de tout dire.

    - Miss Caroll : elle est à la fois présente et extrêmement discrète. Je m’attendais à un soutien un peu plus prononcé, moins subtile dans sa manière d’être.

    - Les trois tantes : je comprends pourquoi Mori les a prise pour des sorcières.

    - Sam : il est peu présent mais attachant par son attention envers Mori, et peut-être aussi parce qu’elle l’aime tout de suite.

    - Tante Teg : je l’aime bien.

     

    En résumé, j’ai été entraînée dans cette histoire sans être totalement emballée. Je la vois surtout comme un chemin vers le deuil, une manière dont Morwenna a appris à surmonter sa peine et sa douleur. C’est en tout cas un jolie récit merveilleusement bien écrit.

    Pin It

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :