• Harper in Fall (in love) - Hannah Bennett

    Lire la suite...

    Pin It

    votre commentaire
  • Harper in Summer - Hannah Bennett

    Lire la suite...

    Pin It

    votre commentaire
  • Je vais parler ici d’un recueil de nouvelle et d’un roman qui sont réunit dans l’intégrale Récits du Vieux Royaume de Jean-Philippe Jaworski, parut en 2015.

    Année de publication originale de Janua Vera : 2007

    Année de publication originale de Gagner la guerre : 2009

     

    Quatrième de couverture :

    « Entrez dans le Vieux Royaume.

    De Montefellóne à Ciudalia en passant par Bourg-Preux, venez en découvrir les mystères.

    Et si vous croisez un certain Benvenuto : tremblez ! »

     

    Mon avis :

    Janua Vera

    Il s’agit d’un recueil de nouvelles contenant : Janua Vera (N)*, Montefellóne, Mauvaise donne, Le service des dames, Une offrande très précieuse, Le conte de Suzelle, Jour de guigne, Un amour dévorant, Comment Blandin fut perdu et Le confident.

    Je ne vais pas parler de toutes ces nouvelles, notamment parce que je ne m’en rappelle pas forcément suffisamment pour ce faire. Par contre, je ne peux pas évoquer ce recueil sans parler de la claque que j’ai reçu en lisant les premières lignes de Janua Vera (N). J’ai découvert la plume de Jaworski via cette nouvelle**, et c’est un véritable régal. C’est dense mais prenant, et maîtrisé à la perfection.

    L’autre nouvelle que je voudrais évoquer rapidement est Mauvaise donne. J’ai beaucoup aimé toutes les nouvelles, notamment grâce à la plume impeccable de leur auteur. Mais j’ai été moins convaincu par Mauvaise donne. J’ai trouvé ce texte trop long et je n’ai pas vraiment accroché à son personnage principal. Pourtant, au final cette nouvelle est des plus intéressantes puisqu’elle est une excellente introduction à Gagner la guerre.

     

    Gagner la guerre

    J’avais à peine fini Janua Vera que je comptais m’attaquer à Gagner la guerre. Mon enthousiasme a rapidement été refroidi en constatant que son personnage central n’était autre que Benvenuto Gesufal. S’agissant du même type dont j’avais le moins apprécié la nouvelle, et l’écriture de Jaworski, bien qu’impeccable, pouvant être assez lourde à lire (ce n’est en rien un mauvais point, sauf pour les gens qui aiment les langages plus simples), j’ai mis de côté ce roman pendant plusieurs mois. Mais j’ai fini par le lire !

    Et une fois qu’on est rentré dedans, difficile de le lâcher. L’histoire est prenante et nous entraîne dans des complots bien ficelés. Je ne suis pas forcément fan des histoires qui tournent uniquement autour des affaires politiques, mais entre l’écriture de Jaworski et le récit raconté par Benvenuto, j’ai finalement beaucoup appréciée celle de Gagner la guerre.

     

    Les personnages que je retiens :

    - Benvenuto Gesufal sera le seul individu que je vais évoquer : c’est un personnage humainement exécrable. C’est un tueur, vile et sans éducation. Il est violent (vous me direz, c’est un bon point pour un assassin) et il est aussi à l’aise pour cogner des hommes que violer des femmes. Bref, c’est un personnage répugnant. Et pourtant ! Jaworski réussit à nous passionner pour l’histoire de Benvenuto, d’autant plus lorsque celui-ci s’en prend plein la gueule (assez souvent :D). Ce type est fourbe et compte tenu des problèmes dans lesquels son patron l’embarque, sans aller jusqu’à le prendre en pitié, on peut au moins reconnaître qu’il sait comment se tirer d’affaire. J’aurais presque du respect pour lui si c’était pas un si gros c******.

     

    Il n’est pas nécessaire d’avoir lu Janua Vera avant Gagner la guerre, mais le premier est pour moi une belle manière de découvrir la plume de Jaworski, tandis que le deuxième vient confirmer son talent de conteur.

     

     

     

    * Pour différencier le titre du recueil de celui de la nouvelle, j’ai mis (N) pour cette deuxième.

    ** Pour être franche, en rédigeant cet article je me suis rendue compte que j’avais déjà lu Jaworski dans un autre recueil de nouvelles, mais je ne m’en souvenais pas, sans doute parce que je ne l’avais pas aimé. Je pense qu’en la relisant aujourd’hui, en la sortant de son contexte dans lequel j’ai trouvé qu’elle ne s’insérait pas (voir par ici), je l’apprécierait davantage.


    votre commentaire
  • Celle qui sentait venir l'orage - Yves GrevetYves Grevet nous emmène ici dans un combat pour la justice et contre des pratiques scientifiques inhumaines (et absurdes).

     

     

    Lire la suite...

    Pin It

    votre commentaire
  • Etoile morte - Ivan ZinbergAmes sensibles s'abstenir ! Thriller parfois glauque mais très intéressant.

     

     

    Lire la suite...

    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique