• Le mystère de la patience - Jostein Gaarder

    Le mystère de la patience - Jostein GaarderVoilà un livre qui fait réfléchir, sauf si on n'en a pas envie. Parce qu'après tout, c'est aussi une super histoire... enfin avec une histoire dans l'histoire dans l'histoire dans l'historie...

     

     

    Titre original : Kabalmysteriet

    Année de publication : 1990

     

    Quatrième de couverture :

    « Hans-Thomas a douze ans et il cherche sa mère. Un jour, en mordant dans une brioche offerte par un vieux boulanger étrange mais sympathique, il découvre un minuscule livre caché dans la mie : à peine l’a-t-il ouvert qu’il pénètre dans un monde fantastique peuplé de personnages loufoques et merveilleux. Oscillant entre le réel et l’imaginaire, Hans trouvera-t-il le chemin vers sa mère ? »

     

    Mon avis :

    J’ai beaucoup aimé ce livre. Il est à la fois très philosophique et simple à aborder. Mis à part quelques passages où le père de Hans-Thomas m’a un peu perdu, les discours qui pourraient être pompeux sont accessibles, notamment grâce aux réflexions du petit garçon.

    L’histoire se divise en deux partie. La première concerne Hans-Thomas et son père qui, après huit ans sans nouvelles, vont retrouver la mère du garçon en Grèce, où elle est devenue mannequin après avoir quitté sa famille. On suit donc le parcours du père et du fils à travers l’Europe, un périple qu’ils effectuent en voiture. C’est un moyen pour nous d’apprendre à les connaître, d’apprécier leur relation, et pour eux de se préparer à revoir une femme disparue depuis de longues années (Hans-Thomas n’avait que quatre ans quand elle est partie, aussi ne s’en rappelle-t-il que très peu, et surtout par rapport à ce que lui en a dit son père).

    La seconde histoire concerne un petit livre donné par un boulanger, par le moyen d’une petite brioche, à Hans-Thomas. Ce dernier a pour consigne de ne parler du livre à personne, aussi le lit-il en cachette (ce qui est facilité par un père qui passe toutes ses soirées à boire et à rentrer tard). Ce récit dans le récit, est le récit qu’à retranscrit Ludwig (le boulanger qui donne la brioche) sur le récit qu’Albert (le boulanger avant Ludwig) lui a fait du récit que Hans le boulanger (celui d’avant Albert) lui a fait de sa rencontre avec Frode sur l’ile mystérieuse, qui a lui-même fait le récit de ses aventures à Hans, récit qui se retrouve donc également dans le livre dans la brioche. C’est bon ? Vous me suivez ?

    Dit comme ça, ça paraît compliqué. Et ça peut l’être de temps en temps, quand au début on ne sait plus trop, après un chapitre sur le périple d’Hans-Thomas en Europe, qui parlait dans le petit livre. Mais au final, c’est très simple : le deuxième récit est essentiellement celui qui se déroule sur l’ile mystérieuse, avec Frode et Hans le boulanger (qui ne l’était pas encore à ce moment là).

    Dans cette histoire, il y a un cycle qui se répète. Une sorte de patience (pour ceux qui ne connaissent pas, c’est un jeu de cartes que l’un peu aussi appeler solitaire) grandeur nature. Tous les 52 ans, une histoire se termine et une autre commence. Une carte par année. Et puis il y a le jour du Joker qui remet tout à zéro.

    C’est en fait une vaste réflexion philosophique sur le monde, mais si bien écrite qu’on peut passer à côté tout en appréciant quand même le livre. L’histoire en elle-même étant bien écrite et les personnages attachants, on peut lire sans se prendre la tête, sans chercher des réponses aux questions posées (d’ailleurs, bon courage pour y répondre !). Bref, on peut lire sans philosopher, ces récits restent très biens.

     

    Les personnages que je retiens :

    - Hans-Thomas : douze ans, a vécu ces huit dernières années de sa vie avec son père, qu’il considère comme un très grand philosophe qui devrait être payé pour être un philosophe. C’est un gamin intelligent et qui réfléchit beaucoup. Il est malin et très attaché à son père.

    - Le père de Hans-Thomas : c’est un philosophe, dont les discussions passionnent son fils, mais il sait quand il doit s’arrêter. Il fume beaucoup et a une tendance à l’alcoolisme, mais il fait également tout pour conserver de bonnes relations avec son fils. Ce en quoi il se débrouille très bien, les deux ayant une très bonne relation. Il est déterminer à ramener la femme qu’il aime chez lui.

    - Le Joker : c’est le personnage omniprésent dans ce livre, sans pour autant être vraiment là. Il est la carte que collectionne le père de Hans-Thomas, il est celui dont le jour renouvelle la patience, il est le trouble-fête, celui qui pense différemment…

     

    C’est un très bon livre, plein de réflexions intéressantes et dont on suit les histoires avec intérêt. Vont-ils retrouver la mère de Hans-Thomas ? Reviendra-t-elle avec eux ? Qu’y a-t-il sur l’ile mystérieuse ? Comment le poisson dans son bocal s’est-il retrouver à Dorf ? Bref, des questions pas très philosophiques pour un livre qui l’est indiscutablement.

     

    Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :