• Le Cycle de Lanmeur II : Les Enfants du Léthé - Christian Léourier

    Le Cycle de Lanmeur II : Les Enfants du Léthé - Christian LéourierUn deuxième intégrale qui montre une Lanmeur qui a dû mal à prendre ou à garder le contrôle des planètes qu'elle a découverte.

     

     

    Année de publication : 2010 (pour l’intégrale)

     

    Il s’agit d’un intégrale regroupant Les racines de l’oubli, La Source, La loi du monde, Le Secret et Le réveil des Hommes Blancs.

     

    Quatrième de couverture :

    « Lanmeur, planète-mère du Rassemblement, poursuit son grand dessein de colonisation… Sur Borgoet, la planète bagne, et Ti-Grid, la pacifique, sa domination est totale. Tandis que depuis sa prison à ciel ouvert, le Camp 23, Garth survit aux côtés de l’étrange Iwerno et tente d’échapper aux effets du léthé, la drogue de l’oubli, Skiath part en quête de son nom véritable, celui qui lui dictera sa propre loi, sur son monde où le laga, l’épice rituelle, apporte perception et vérité… Mais le seul chemin possible pour ces deux hommes n’est-il pas celui qui mène à la révolte ? »

     

    Mon avis :

    - Les racines de l’oubli -

    Année de publication : 1988

     

    Dès les premières lignes j’ai été happé par l’histoire de cette révolte. Parce qu’il s’agit bien de faire changer les choses sur cette planète bagne où les souvenirs sont proscrits. Mais pourquoi Lanmeur tient-elle tant à ce que ses condamnés oublient jusqu’au crime qui les ont conduit sur Borgoet ?

    Il n’y a pas mieux comme bagne que Borgoet, avec sa jungle qui suit sa propre loi, étendant ses racines en une nuit, profitant de la pluie pour reprendre en quelques heures ce que les bagnards ont mis des semaines à dégager. Le travail paraît infini pour percer et conserver des clairières dans cette forêt planétaire, où les plantes sont parfois plus dangereuses que les fauves embusqués.

    Dans un des camps chargés de repousser la forêt, se trouve Garth et sa longue pratique de la jungle. Il a survécu au-delà de l’espérance moyenne, et compte bien continuer à vivre. Il n’attend rien, se contentant de faire son travail de forçat.

    De rencontre en rencontre, Garth va progressivement entrer en révolte contre Lanmeur, alors même qu’il a tout fait pour l’éviter. C’est la découverte d’une ancienne cité de Borgoet, dont la population a disparu bien avant l’arrivée des Lanmeuriens, qui va provoquer le véritable bouleversement dans la vie de Garth. C’est ce souvenir d’un passé inconnu qui, alors que les bagnards sont privés de leurs mémoires, va réellement déclencher le changement.

    Mais pour mener une révolte, encore faut-il s’organiser. Et après, une fois les représentants de Lanmeur renversés, quel avenir pour Borgoet ? Et quelle réaction attendre de la planète-mère ?

     

    Les personnages que je retiens pour Les racines de l’oubli :

    - Garth : c’est un prisonnier modèle en ce sens qu’il travaille quand il faut, qu’il ne se crée pas d’ennuis. Il n’a ni amis, ni ennemis. Il prend sa dose de léthé quotidienne, craignant ses souvenirs. Il accepte les choses comme elles viennent. Mais une fois embarquée dans la révolte, il va démontrer son intelligence et son fort tempérament. C’est un idéaliste qui n’aime guère les magouilles politiques.

    - Iwerno : ce type est dangereux. Il sait manier les mots, et donc les hommes. Il a su être la figure de proue de la révolte, tout en se tenant officiellement à l’écart des grandes décisions – dont il est le réel instigateur. C’est un orateur hors-pair, un guide incontesté. C’est aussi un politicien prêt à tout pour mener ses affaires là où il l’entend.

     

    - La Source -

     

    Il s’agit d’une nouvelle où un vieil homme attend le retour de son enfant, partie avec un vaisseau lanmeurien. Sur une planète où l’espérance de vie est courte, ce vaisseau est devenu un mythe, et tout le monde prend le vieil homme pour un fou. D’autant plus lorsque l’hiver venant, il reste près de la source, ce lieu où il attend le retour de son enfant, quand tous les autres vont vers des terres plus clémentes.

    Lanmeur apparaît cruelle, cherchant à rompre l’équilibre de cette planète. Son but est le Rassemblement, mais elle ne peut y parvenir que si elle contrôle les populations indigènes. Or, celles d’Eskem ne paraissent pas avoir de structure. Il n’y a pas de système politique, de religion ou toute autre forme de contrôle. C’est un petit peuple qui lance un grand défi à Lanmeur : être comprit pour être conquis. 

     

    - La loi du monde -

    Année de publication : 1990

     

    Sur un monde où chacun suit sa loi, l’arrivée des Lanmeuriens va bouleverser plus d’une vie. Les réfractaires partent vivre sur les plateaux, où les villages se meurent par cet afflux qui n’apporte que faim et vieillesse. Dans la plaine, les habitants sont à proximité des tours, bâtiments implantés par les colons où seuls entrent ceux qui y sont admis.

    Sadève, alors que son fils se mourrait, abandonne son fils à un Lanmeurien qui pourra le sauver. En faisant cela, elle prive l’enfant de son nom, et donc de sa loi. Des années plus tard, Skiath retrouve le chemin du village où il a vu le jour. Mais sa mère le renie et refuse de lui révéler son véritable nom. Alors démarre pour lui une longue errance au cours de laquelle il va tenter de découvrir son nom, pour connaître sa loi.

    Entre les souvenirs de son enfance passé au plus près des Lanmeuriens, sont adolescence dans les tours et sa rencontre avec Enwin, autochtone qui va le ramener vers son peuple, et sa quête d’identité, Skiath va croiser nombres d’individus qui vont lui parler des lois du monde. Progressivement, celui qui était devenu davantage un Lanmeurien redevient un natif de Ti-Grid.

    Il va apprendre à accepter les rites de son peuple, et à s’intégrer à celui-ci. Mais son chemin est long et semé d’embuches. Il va se confronter à des hommes à la loi corrompue par la présence lanmeurienne. Sur une planète où l’homme ne s’attaque pas à l’homme, l’étranger venu de loin a altéré certaines lois, provoquant des comportements inédits et incompréhensibles aux hommes des plateaux.

                 

    Les personnages que je retiens pour La loi du monde :

    - Skiath : il se cherche. Il a besoin de savoir qui il est. Elevé entre deux peuples, il n’appartient à aucun des deux. Un évènement va le pousser à rechercher ses racines, celles dont il a été privé pour vivre. Bien que nourri de légendes lanmeuriennes dans lesquelles des hommes s’entretuent, Skiath n’a jamais envisagé cela possible sur sa planète, où le meurtre est inconnu. A travers son périple sur les plateaux, c’est autant sa recherche d’identité que ce que Lanmeur a fait à cette planète que l’on découvre.

    - Korwal : il est un digne représentant de Lanmeur, prêt à tout pour le bien du Rassemblement. Ce n’est pas un homme mauvais, mais dans sa volonté d’obéir aux lois de sa planète, il en a oublier qu’elles n’étaient pas les seules existantes.

    - Isoline : je ne savais pas trop si je l’aimais bien au départ. Pendant un moment, je me suis dit qu’elle n’avait pas vraiment d’intérêt. Et puis finalement, elle est toujours là pour soutenir Skiath et le guider. Lors d’un évènement particulier la concernant, j’ai été surprise par sa réaction, qui montre bien à quel point le mode de pensée de ce peuple est différent de celui des Lanmeuriens (et du notre).

     

    - Le Secret -

                 

    C’est une nouvelle sympathique, qui suit un grand-père et sa petite-fille métisse, qui vont baguer les oiseaux qui, sur cette planète, sont sensés entretenir un lien entre les vivants et les morts. Askell est natif de la planète. Ewith aussi, à la différence que son père est un Lanmeurien. Sa mère était la fille d’Askell, qui n’a jamais eu de problème à ce que sa fille aime un Lanmeurien.

    Sur cette planète, les Lanmeuriennes sont stériles, alors les Lanmeuriens demandent à des autochtones de porter leurs enfants. La plupart d’entre elles repartent ensuite dans leur village. Lanmeur a réussi à implanter ses colons, mais la stérilité des femmes pose de gros problèmes pour la pérennité de cette colonie.

    Avec Ewith se pose la question de savoir si les enfants métisses auront le même problème que les Lanmeuriennes, ou si leur sang barzhir leur permettra d’enfanter. Jamais Askell ne répond franchement à sa petite fille. Certes, elle a des ancêtres natifs de cette planète. Mais est-elle une barzhir ou une vaez ?

    Au final, la réponse à cette question est assez simple : les barzhir détiennent la clé du mystère, mais en gardant le secret ils conservent leur planète.

               

    - Le réveil des Hommes Blancs -

     

    Alors que cela fait plusieurs années qu’une colonie lanmeurienne s’est implantée sur une planète aride et déserte, les hommes blancs apparaissent. D’où viennent-ils ? Comment ont-ils pu survivre à la sécheresse qui s’est abattue sur leur planète pendant une vingtaine d’année ? Comment Lanmeur ne peut-elle découvrir leur existence que maintenant ?

    Les hommes blancs ont aussi des questions : pourquoi la matrice les a-t-elle réveillé alors que la pluie n’est pas encore là ? D’où les hommes brûlés tirent-ils l’eau qui leur permet de cultiver ?

    Mais la question la plus importante est comment les Lanmeuriens et les hommes blancs vont-ils pouvoir s’entendre, alors que les derniers se réveillent en très grand nombre ? En temps normal, beaucoup d’hommes blancs seraient morts rapidement. Mais la matrice est bouleversée par l’activité de Lanmeur, et tous les hommes blancs sont réveillés en même temps.

    Encore une fois, Lanmeur chamboule tout un peuple. Les hommes blancs sont curieux et peu méfiants. Ils sont perturbés par cette absence de pluie qui signifie la vie pour eux, alors même que les Lanmeuriens arrivent à cultiver. Et parmi les colons, c’est l’interprétation de ce qu’est le Rassemblement qui va influencer les relations entre les deux peuples.

     

     

    Ce deuxième intégrale est une petite pépite. Ce qui m’a le plus frappé, ce sont ces planètes où les indigènes ne conçoivent pas le mal, où l’homme ne tue pas l’homme. Ils ont accueilli Lanmeur, mais Lanmeur tente de corrompre leurs sociétés au nom du Rassemblement. Les Lanmeuriens pourraient bien être plus gênés dans leur conquête par des civilisations guidées par les lois de la nature, que par des opposants lourdement armés.

    J’ai beaucoup apprécié la simplicité de ces peuples qui, confrontés à une Lanmeur désireuse d’imposer sa loi, arrivent à garder leurs manières de vivre. Au final, Lanmeur se heurte à des énigmes et se terre dans l’illusion qu’elle conquière de nouvelles planètes.

     

     

    Pin It

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :