• Le Cycle de Lanmeur I : Les Contacteurs - Christian Léourier

    Le Cycle de Lanmeur I : Les Contacteurs - Christian Léourier  Il s’agit d’un intégrale regroupant Ti-Harnog, L’homme qui tua l’hiver et Mille fois mille fleuves, et d'une belle découverte pour moi.

     

     

      Année de publication : 2011 (pour l'intégrale)

     

    Quatrième de couverture :

    « Quand les hommes de la planète Lanmeur accèdent au voyage spatial, ils ont la surprise de découvrir que d'autres humanités s'épanouissent dans l'univers. Un hasard ? Peut-être pas. Lanmeur lance alors l'idée du Rassemblement et envoie des contacteurs sur ces mondes plus ou moins avancés, avec pour mission de les intégrer à sa propre civilisation. Mais quel projet se cache derrière ces sociétés si différentes ? Qui sont les Rêveurs de l'Irgendwo, auxquels Lanmeur devra tôt ou tard se confronter ?

    Voici le premier tome de l'intégrale des romans constituant Le cycle de Lanmeur, pièce maîtresse de l'œuvre de Christian Léourier et véritable classique de la science-fiction française. La réédition du cycle a été couronnée par le prix spécial du Grand Prix de l'Imaginaire en 2013. »

     

    Mon avis :

    - Ti-Harnog -

    Année de publication : 1984

     

    Il s’agit avant tout d’un monde particulièrement intéressant. La société y est organisée sous la forme d’un système de caste complexe, et très intéressant. Bien heureusement, l’histoire ne nous offre qu’un bref aperçu de ce système où même ceux qui y sont nés ont parfois du mal à savoir qui est au-dessus de qui dans certaines circonstances. Même s’il y a des failles, et surtout des rejetés, la population semble respecter les castes et y trouver son compte.

    Twern, contacteur envoyé par Lanmeur, débarque sur ce monde et est tout de suite identifié comme un étranger (la raison en est toute simple et flagrante, mais pour la connaître il faudra lire wink2). On découvre donc cette planète à travers son regard, où il a dû mal à intégrer le principe de la Vérité, qui régit les relations entre les gens. Il va devoir, au cours d’un voyage un peu chaotique, découvrir quelle est sa place dans cette société. Et au-delà de cela, découvrir certaines choses concernant sa propre planète.

     

    Les personnages que je retiens pour Ti-Harnog :

    - Twern : il a été façonné pour observer en se fondant dans la masse, tout en restant neutre. Mais dès son arrivée, qui ne se passe pas tout à fait comme prévu, il se trouve qu’il ne peut pas passer inaperçu. Son statut d’étranger va le plonger malgré lui au cœur de cette société qui cherche à se servir de sa venue.

    - Talhael : sa relation avec sa famille paraîtrait totalement inconcevable dans notre société. Pourtant, elle n’est en rien choquante. Il se trouve qu’au final, c’est davantage lui qui prend le rôle de l’observateur neutre, même si cette neutralité est relative.

     

    - L’homme qui tua l’hiver -

    Année de publication : 1986

     

    Cette fois, le récit se passe sur une autre planète, sans lien avec Ti-Harnog que la présence des Lanmeuriens. Ceux-ci ont déjà fondé une colonie, dans laquelle se rend Akrèn. Son but n’est en rien de s’intégrer à la population locale, dénigrée par les colons, mais d’atteindre une ville enfouie sous la glace.

    Lorsqu’elle débarque, l’accueil est assez froid, et ce n’est pas seulement une question de température (c’est une planète glaciaire). Elle va passer quelques temps dans la « capitale », dont l’état de délabrement est en concurrence direct avec les loques que sont devenus les colons en buvant trop de léthé (drogue locale fournie par les autochtones).

    Si elle est contente de quitter cette ville, sa route vers Gogleth ne va pas être de tout repos. D’une part, elle est peu appréciée par ses guides et se bat pour faire sa place dans le groupe. D’autre part, il s’agit de parcourir une vaste étendue de glace, où la survie ne repose que sur la connaissance de la planète.

    Finalement, c’est en arrivant à Gogleth qu’elle va découvrir que son expédition n’était qu’un prétexte. Si elle se doutait qu’on lui cachait des choses, elle était loin de s’attendre à ce qu’elle va découvrir.

     

    Les personnages que je retiens pour L'homme qui tua l'hiver :

    - Akrèn : déjà, c’est une super archéologue, en ce sens où ce n’est pas une pilleuse de tombe mais une véritable scientifique avide de savoir, tout en étant respectueuse des vestiges. Ensuite, c’est une sacrée femme ! Sérieusement, à sa place je n’aurais pas tenue jusqu’au bout. Elle est courageuse et n’a pas peur d’affronter les autochtones comme la nature (et je peux vous dire que ce n’est pas rien !).

    - Diaspad : c’est franchement pas un type agréable mais je trouve ce personnage intéressant.

    - Ennian : c’est clairement pas le type le plus sympa de la planète, mais je l’aime bien.

     

    - Mille fois mille fleuves… -

    Année de publication : 1987

     

    Troisième planète, troisième lien avec Lanmeur et toujours de manière différente. Cette fois, les hommes-oiseaux sont des êtres mystérieux, dont l’identité n’est connu qu’au sein de la Cité Secrète. Ynis, épouse d’un fleuve pour un an, va s’y rendre et faire la rencontre de ces Lanmeuriens. Sa vie va en être complètement bouleversée.

    Au-delà de l’histoire d’Ynis, c’est celle de ce monde où les fleuves sont des entités à part entière, respectés et craints, que l’on découvre. Lanmeur y a envoyé des contacteurs, mes ceux-ci sont loin de comprendre tous les tenants et aboutissants de leur présence.

    Tout comme sur Ti-Harnog, la société est bien organisée et chacun respecte sa place. A travers le voyage d’Ynis, on rencontre différents individus dont les manières de vivre sont complètement différentes.

     

    Les personnages que je retiens pour Mille fois mille fleuves... :

    - Ynis : c’est une jeune femme qui doute beaucoup et se pose des questions. Bien qu’elle n’ait jamais quitté son village natal dans lequel elle se sent bien, elle va se montrer très courageuse.

    - Stern : je lui reproche de ne pas avoir réfléchi aux conséquences de ses actes, mais au moins il est honnête et fidèle.

    - Le Vieux Saumon : il est un peu flippant ce type. Je l’aime bien.

     

     

    Cette entrée dans l’univers lanmeurien m’a beaucoup plus. J’ai pris plaisir à lire chaque récit, les trois étant complètement différents, jusque dans la manière dont ils ont été écrit. J’ai apprécié tout particulièrement les personnages, complexes et variés. Les femmes ont une place importante dans chacun des trois tomes, et même centrale à partir du deuxième, ce qui est assez rare quand c’est un homme qui écrit.

    Trois récits et trois systèmes sociétales différents qui fonctionnent parfaitement. Chaque planète a une relation particulière avec Lanmeur, qui se dévoile peu à peu. Je trouve dommage que la quatrième de couverture de cet intégrale parle de choses qui ne sont même pas abordées dans les récits qui le compose. Mis à part cela, je n’ai rien à redire à ces lectures.

    Bref, a lire !

     

    Pin It

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :