• L'ingénue Libertine - Colette

    L'ingénue Libertine - ColetteUn livre court mais que j'ai eu beaucoup de mal à lire.

     

     

    Année de publication : 1909

     

    Quatrième de couverture :

    « Elancée, des yeux noirs superbes, des cheveux si blonds qu’ils paraissent argentés, Minne est une ravissante personne adorée par sa maman. Elle suit les cours des demoiselles Souhait pour y rencontrer des jeunes filles bien élevées et, à l’occasion, s’y instruire… Tout a été arrangé pour que Minne ait une vie des plus douillette. Mais Minne rêve d’autre chose, elle veut connaître ce qu’elle appelle l’Aventure.
    Mariée, déçue, humiliée, mais maintenant renseignée et ayant compris que l’Aventure, c’est l’Amour, Minne va alors chercher avec détermination l’homme qui lui donnera ce bonheur merveilleux dont toutes les femmes qu’elle connaît parlent, et tous les livres aussi. »

     

    Mon avis :

    Il est difficile d’aimer un livre quand on n’en aime pas le personnage principal. J’ai eu beaucoup de mal avec cette histoire, d’autant plus que je n’aime pas la manière dont elle est rédigée.

    Le récit en lui-même n’est pas extraordinaire et il a le mérite d’être court. Heureusement d’ailleurs que l’histoire n’était pas plus longue, je ne me serais sûrement pas forcée a aller jusqu’au bout.

    Le livre se divise en deux parties. La première concerne Minne à quatorze ans. Elle est alors surprotégée par sa mère, qui ne vit que par elle. C’est une gamine solitaire, qui vit dans son propre monde et qui a une certaine tendance à prendre les autres de haut. C’est une vraie garce qui manipule son monde.

    Dans la deuxième partie, Minne est plus âgée et mariée. Elle n’en a pas moins des amants, dans l’espoir de trouver cet « Amour » qui la comblera. Elle continue de se moquer royalement des conséquences de ses actes, ne vivant que selon ses désirs et ses besoins. Les autres, tant qu’ils ne lui apportent pas ce dont elle a besoin, ils peuvent bien mourir qu’elle n’en aurait rien à faire.

    C’est une femme égoïste, qui reproche aux autres sont absences de « cœur ». Elle continue de vivre dans son monde, qu’elle se forge à travers ce qu’elle entend dire ici ou là. Elle est totalement inconsciente de ce qu’elle provoque chez les autres, ou du moins elle s’en fiche royalement.

     

    Les personnages que je retiens :

    - Minne  : c*******. Franchement, je ne l’aime pas, mais alors pas du tout. Dommage, c’est autour d’elle que tourne l’histoire.

    - Antoine : pauvre gars amoureux d’une fille qui n’en vaut pas la peine. Il me fait pitié.

    - Maman : elle n’a pas de prénom, ce qui reflète bien qu’en dehors de Minne elle n’est rien. Elle a trop choyé sa fille.

    - Maugis : un homme bien.

    - Le baron Couderc : jeune idiot qui a eu le malheur de croiser la route de Minne.

     

    J’ai eu du mal à lire ce livre, même si sur la fin les pages ont été tournées plus vite. Je n’aime tout simplement pas la façon dont c’est écrit, et encore moins le personnage principal, ce qui n’aide pas la lecture…


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :