• Jurassic World (2015)

    Jurassic World (2015) Un renouveau plutôt sympa, qui rappelle beaucoup les origines de la saga.

     

     

    Titre original : Jurassic World

    Réalisé par Colin Trevorrow

    Avec Chris Pratt, Bryce Dallas Howard, Nick Robinson, Ty Simpkins…

    Sortie ciné : 10 juin 2015

     

    Synopsis :

    Parce que le premier parc était une catastrophe, Hammond a eu la brillante idée d’en refaire un, encore plus sécurisé. Mais quand, pour éblouir le public, un dinosaure est créé de toute pièce, il n’y a plus de sécurité nulle part. Il n’y a plus qu’à espérer que l’équipe du parc sache prendre les bonnes décisions…

     

    Mon avis :

    Je partais dans l’idée d’aller voir un film sympa, rappelant le premier Jurassic Park tout en étant une sorte de copie actualisée. Alors oui, il y a les mêmes éléments qui reviennent : la responsable du parc à qui on a confié ses deux neveux, qui forcément vont se retrouver au mauvais endroit au mauvais moment ; le spécialiste des raptors que personne n’écoute ; le type bien décidé à profiter de la situation ; les gars qui servent juste à se faire bouffer…

    Pourtant, je trouve l’histoire s’est vraiment bien renouvelée, tout en gardant des éléments clin d’œil au premier film. Eléments que j’ai fort apprécié. D’une part, Hammond est évoqué dans son rôle traditionnel que concepteur du parc (dans l’idée, pas dans la réalisation). Le responsable de la création des dinosaures est le même (personnage et acteur) que dans le premier film. Au cours du film, il y a même des éléments de l’ancien parc qu’on redécouvre, à l’état de bâtiments abandonnés ou réutilisés. Bref, plein de petits rappels du premier film, dont l’action se passait donc sur la même île.

    Ensuite, les personnages sont complètements différents. Le spécialiste des raptors notamment. Là où on avait un paléontologue, aujourd’hui on a un dresseur de raptors. Là demeure l’un des plus gros changements : il y a une véritable préoccupation de l’animal, pas uniquement comme objet d’exposition mais aussi en tant qu’individu (du moins pour certaines personnes). Et ils sont vraiment choux ces raptors ^^. J’en voudrais presque un pour moi. Si seulement ils n’avaient pas cette manie de chercher à manger tout ce qui bouge…

    Un autre changement assez radical avec le premier film (et même les suivants) c’est que le parc est déjà ouvert au public. Il a déjà fait les preuves de sa fiabilité et toute l’organisation est impeccable. L’ennui ? Le public en demande toujours plus, et la dernière commande en date pour satisfaire les spectateurs risque bien de leur couter la vie. Parce que ces idiots de généticiens se sont lancés dans des manipulations dont ils ne contrôlent pas le résultat. Je dirais heureusement, sinon le film aurait été bien ennuyeux…

    J’ai particulièrement aimé cette nouvelle espèce hybride, de même que l’utilité donnée aux autres animaux du parc (enfin certains). Et j’en reviens là à mes raptors, qui sont vraiment géniaux.

    Le petit plus, c’est l’humour qui se distille ici et là, notamment au moment des scènes qui auraient pu être « à l’eau de rose » et qui au final font rire.

     

    Les personnages que je retiens :

    - Claire : je crois qu’elle est davantage inquiète pour ses neveux vis-à-vis de sa sœur que par attachement pour eux. En tout cas, elle a un sacré courage. Par contre, je ne comprends toujours pas comment elle ne s’est pas tordue une cheville à tant courir avec des talons.

    - Owen : il a la classe avec ses raptors (ai-je déjà dit que j’adorais ses raptors ?).

    - Zach : ce n’est peut-être pas le meilleur grand frère du monde, mais il a sacrément bien géré l’incident, autant pour s’en sortir que pour protéger son frère et le rassurer. Par contre, côté filles c’est un vrai boulet.

    - Vic Hoskins : au début tu te dis petit c**. Et puis finalement c’est un gros c******.

    - Simon Masrani : il est sympa et drôle. D’une certaine manière, il reprend le rôle d’Hammond.

    - Lowery : c’est le mec passionné par le premier parc qui a eu l’occasion de travailler pour le deuxième. Au moins, on peut dire qu’il est fidèle au poste.

    - Indominus Rex : sale bête extrêmement futée.

    - Blue : parce que c’est la seule raptor que je puisse reconnaître au premier coup d’œil (enfin normalement).

     

    Très bon film. Jurassic World a réussi à renouveler l’univers de Jurassic Park tout en innovant. Les principes de bases sont les mêmes, jusqu’à se demander si cette fois ils ont fait en sorte que les femelles restent des femelles (parce que oui, en théorie il n’y a que des femelles). Le duo principal fonctionne très bien et l’enchaînement des évènements ne semblent pas trop tiré par les cheveux, même si je ne comprends pas toujours comment l’Indominus Rex se déplace (j’ai eu parfois l’impression qu’il revenait en arrière).

    Pin It

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :