• Histoire de Loups-Garous - Anthologie

    Histoire de Loups-Garous - AnthologieMe revoilà avec un recueil de Lune Ecarlate... et il y a un léger mieux, même si une nouvelle fois les textes pâtissent d'un travail éditorial inexistant.

     

     

    Année de publication : 2015

     

    Quatrième de couverture :

    « Le Loup-garou, le monstre légendaire, le lycanthrope… L’homme qui succombe aux instincts de l’animal lors des nuits de pleine lune. La créature sauvage, incapable d’exercer le moindre contrôle sur la terrible métamorphose, est-il la victime d’une malédiction… Ou le complice sanguinaire d’une échappée belle au cœur d’un monde où l’humain peut enfin vivre libre ? Malédiction, rituel ou morsure, est-ce un animal avec une âme ou une anomalie sanguinaire ?

    Jean-Baptiste Leblanc, Frédéric Livyns, Frédéric Gaillard, Frédéric Czillinder, Xian Moriarty et Lionel Behra vous proposent de les suivre sur la piste des monstres lupins. »

     

    Mon avis :

    Je m’étais pourtant promis d’arrêter Lune Ecarlate… mais une amie m’a mis le livre entre les mains et je n’ai donc pas pu refuser cette dernière tentative. Le résultat est que si Lune Ecarlate s’est améliorée, elle est sans doute loin d’en avoir fini avec ces trois points noirs :

    1. La mise en page, bien mieux que pour mes premières lectures, laisse encore à désirer (entre autre, la taille de la police sur la quatrième de couverture est bien trop petite, les mentions légales sont en trop gros caractères et par là même plus visibles que le sommaire sur la page suivante…).

    2.  Encore une fois, je note un manque de travail éditorial sur les textes qui ne sont pas mauvais, mais qui appellent à de nouvelles révisions.

    3. Il y a parfois un écart important entre ce que dit la quatrième de couverture (qui n’évoque au final que la malédiction de l’homme se transformant en loup/bête à l’aspect lupin) et certains textes (qui réinventent le thème du recueil).

    En résumé, une fois encore le travail éditorial, sous tous ses aspects, dessert les textes présentés dans cette anthologie.

    Pour finir sur mon introduction, je voudrais revenir sur l’une des choses qui m’a le plus dérangé : sur les six nouvelles, cinq font d’une quinzaine à une trentaine de pages. La sixième dépasse les cent pages. En soit, ce n’est pas gênant. Je trouve juste étonnant qu’il y ait une aussi grande différence, et surtout que la plus longue soit placée en plein milieu du recueil. Ce n’est qu’un détail, mais ce déséquilibre m’a fait tiquer.

    Enfin bref, passons aux textes…

     

    Double AVC, de Jean-Baptiste Leblanc

    L’idée en elle-même n’est pas mauvaise, même si l’explication sur le plan médicale est ultra-simpliste et un peu tirée par les cheveux. Le plus gros problème de ce récit, c’est la partie concernant le père de famille qui retourne « à l’état sauvage, à l’état primitif. Il est redevenu une bête. » Comment dire… je pourrais accepter ce genre de phrase de la part d’un scientifique  si l’homme en question n’avait pas défoncé le crâne de sa fille. Même un animal sait reconnaître sa progéniture.

    Ensuite, le vocabulaire autour de cette « bête » me pose un sérieux problème. L’homme est sensé ne plus se souvenir de qui il était et n’avoir que des instincts « primitifs ». Pourtant, il est toujours nommé par son nom, désigné comme l’homme… Lorsque le texte est uniquement centré sur lui, je m’attends plus à du vocabulaire évoquant son état de délabrement intellectuel, la bête qu’il est devenue.

    Enfin, le seul intérêt de ce texte est de savoir combien de gens il va tuer avant la fin, parce que le médecin l’a dit : il n’a plus que quelques heures à vivre. Bref, je n’ai pas été emballé par cette histoire.

     

    Crocs de Sang, de Frédéric Livyns

    Mis à part un détail (non négligeable) que j’ai compris assez vite, l’histoire est intéressante et bien écrite. Elle s’inspire clairement du Petit Chaperon Rouge et de l’histoire de la bête du Gévaudan.  Malheureusement, elle souffre pour moi d’un énorme point noir : l’histoire des loups-garous… Sérieusement, j’en ai rien à faire de savoir pourquoi ils ont massacré un village entier.

    Et puis ce petit discours déjà bien chiant se termine par un jolie « nous deviendrons des légendes. Et on ne tue pas des légendes ». Alors si, on peut tuer des légendes. Et d’ailleurs, c’est souvent après être mortes que les légendes en question le sont devenues. Donc cette minable petite excuse est irrecevable. C’est vraiment dommage que ce texte finisse là-dessus, parce qu’il démarrait bien.

     

    Loup y es-tu ?, de Frédéric Gaillard

    J’ai beaucoup aimé cette nouvelle. On y retrouve bien un loup-garou. On n’a pas d’explication longue et sans importance sur la manière dont il l’est devenu. Et puis c’est un loup sympa. L’histoire se passe à notre époque, et l’homme qui se transforme n’oublie rien de sa vie d’humain, ni de ses nuits sous forme de loup. Du coup, lors des pleines lunes, le loup agit pour exercer sa vengeance, de manière intelligente (même si je ne cautionne pas le meurtre).

    C’est aussi le texte qui m’a le plus fait rire avec son : « dans l’attentat de ce qui semble être un groupe bioterroriste d’ultragauche sur une porcherie expérimentale ». Personnellement, je ne considère pas que libérer des milliers de porcs puisse être considéré comme un attentat. Je dois quand même reconnaître que l’explication qui suit explique correctement les conséquences que pourrait avoir l’introduction de porcs génétiquement modifiés dans la nature. Enfin quand même, de là à parler d’attentat…

     

    Nouveau venu dans le quartier, de Frédéric Czilinder

    J’ai eu très peur en voyant que cette nouvelle faisait une centaine de pages et qu’elle était écrite à la première personne. Finalement, mis à part l’explication du loup-garou sur comment il l’est devenu et patati et patata, l’histoire est sympa et on a envie d’aller jusqu’au bout.

    Il n’y a pas vraiment de surprises et quelques petites incohérences se sont glissées au fil des lignes, mais globalement c’est un bon texte. Avec un peu plus de travail (éditorial) et l’élimination du long passage « ma discussion avec le loup-garou », ce texte aurait été bien mieux.

    Pour être honnête, le seul truc vraiment gênant de cette nouvelle, c’est l’absence totale de saut de ligne pendant cent pages… (et là, ce n’est pas à l’auteur que je le reproche).

     

    L’esprit de la louve, de Xian Moriarty

    J’ai un peu de mal avec ce texte, pour deux raisons. La première est que pour moi il ne répond pas au thème du « loup-garou ». On a bien un loup et un homme mais aucune transformation, aucun monstre mi-homme mi-loup. J’espérais que la conclusion du récit me le fasse rentrer dans le thème, et j’ai été déçu que ce ne soit pas le cas. A la limite, la chamane qui utilise l’esprit du loup pour combattre le fantôme de la louve, pourrait faire vaguement le lien avec le thème du « loup-garou ».

    Le second problème, à mes yeux, c’est cette louve qui veut à tout prix se venger. Pour moi, ce n’est pas un comportement animal. L’histoire veut que Mère Nature punisse ceux qui s’attaquent à elle de manière irréfléchie. Or, je trouve qu’ici le chasseur n’était pas entièrement dans son tort, même s’il a désobéit à l’ordre de la chamane.

    Globalement c’est un bon texte, mais qui reste parfois un peu tiré par les cheveux. De même, il aurait mérité d’être un peu plus développé et retravaillé.

     

    Les entrailles du loup, de Lionel Behra

    Même le texte précédent avait plus de liens avec le thème du recueil que celui-ci, qui pour ainsi dire n’a que son titre pour le tirer d’affaire. C’est un petit conte sympa dont je ne dirai pas grand-chose si ce n’est qu’un homme-papillon et un homme-loup, c’est pas tout à fait la même chose…

    Malgré ce hors-thème et quelques petites incohérences, le texte s’en sort bien avec une histoire intrigante et qui tient la route.

     

     

    Globalement, je suis moins déçue par cette anthologie que mes précédentes expériences avec Lune Ecarlate. Cette dernière doit cependant encore faire des efforts pour arriver à un niveau acceptable de publication, et il faudrait qu’on m’explique comment elle choisit ses textes…

    Bien qu’à mon avis elles ne rentrent pas toutes dans le thème du recueil, toutes les nouvelles sont agréables à lire et ne souffrent globalement que d’un manque de travail éditorial qui aurait pu les enrichir.

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Anne Ledieu
    Samedi 23 Juillet 2016 à 15:48

    Mouais… "Globalement, je suis moins déçue par cette anthologie que mes précédentes expériences avec Lune Ecarlate. Cette dernière doit cependant encore faire des efforts pour arriver à un niveau acceptable de publication, et il faudrait qu’on m’explique comment elle choisit ses textes…"

    Il faudrait aussi que l''on m'explique la raison pour laquelle le chroniqueur s'entête à lire les publications de Lune-Écarlate si celles-ci lui déplaisent tant… À bon entendeur…

      • Samedi 23 Juillet 2016 à 16:11

        C'est écrit au tout début de l'article : une amie me l'a demandé. Et puis comment savoir qu'une maison d'édition s'améliore si on ne lit plus rien venant d'elle ?

    2
    Samedi 23 Juillet 2016 à 16:07

    Bonjour

    Je réponds juste concernant ma nouvelle (Les Entrailles du Loup). C'est une nouvelle que j'avais écrite pour une anthologie sur les contes (Le petit chaperon rouge en l'occurrence), mais ce projet était tombé à l'eau.

    Lorsque j'ai appris que Lune Ecarlate cherchait des textes pour une anthologie sur les Loups Garous, j'ai envoyé cette petite nouvelle que j'aimais bien mais qui dormait sur mon disque dur. 

    Certes, il n'y a aucun Loup Garou dans ma nouvelle, mais il ya clairement une ambiance Loup Garou et plein de références au mythe du Loup Garou. 

    Elle est la dernière nouvelle de cette anthologie et cette place est normale, elle permet de terminer sur une histoire forcément très différente des autres et évite peut être une sorte de lassitude pour le lecteur de finir par une histoire trop similaire aux autres.

     

      • Samedi 23 Juillet 2016 à 16:23

        J'ai bien aimé votre nouvelle, c'est juste que pour moi elle ne collait pas avec ce que sous-entendait la quatrième de couverture, c'est-à-dire qui interroge sur l'humanité ou la bestialité du loup-garou. Et je me suis essentiellement basée sur ce que j'attendais du recueil pour donner mon avis.

        Je n'ai pas dit grand chose sur votre nouvelle parce que je trouve que la présenter correctement reviendrait à en dire trop et elle mérite d'être découverte au fil de la lecture (y a des textes plus facile que d'autres à présenter sans rien dévoiler... en tout cas quand je m'y colle).

    3
    Samedi 30 Juillet 2016 à 23:10

    bonsoir,

    flatté de cette chronique, et content de voir que ce texte ait su trouver votre assentiment, je ne pourrais que vous encourager à lire (encore chez LE) mon recueil, Infemmes et sangsuelles, paru en juin, dans lequel vous retrouverez  ma plume et mon humour.

    Je voulais ajouter qu'en tant qu'auteur, je suis très satisfait du travail éditorialiste réalisé autour de mes textes.

    Cordialement,

    F.G.

      • Dimanche 31 Juillet 2016 à 01:47

        Bonsoir,

        Très honnêtement, pour l'instant je n'ai pas envie de relire du LE, aussi tentante que soit votre proposition. Sachez quand même que si je croisais la route de votre recueil, je ne refuserais pas de le lire. En attendant, j'ai une pile de livres qui attend d'être descendu...

        Si vous êtes satisfaits du travail éditorial réalisé sur vos textes, j'en suis contente pour vous. Je sais que ce n'est pas le cas pour tous les auteurs et en tant que lectrice j'ai quelques attentes auxquelles la maison d'édition ne répond pas (notamment concernant la mise en page, qui s'est amélioré mais qui reste une grosse lacune de LE).

         

        Merci d'avoir pris le temps de poster votre commentaire. Je vous souhaite toute la réussite possible pour votre recueil.

         

        Cordialement,

        Ty

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :