• Beauxbâtons

    BeauxbâtonsJe vous présente ici les "Maisons" de Beauxbâtons, dont j'ai également dessiné les blasons (j'avais tellement autre chose à faire...).

     

     

             Cette fois, ce n'est pas un texte issu des nuits HPF que je vous présente, mais le résultat de ma participation à un concours lancé par la Gazette du Sorcier. Il s'agissait d'imaginer les Maisons de Beauxbâtons (si tant est que cela soit des Maisons). Ayant découvert l'existence de ce concours la veille de sa clôture, j'ai rapidement pondu un truc (en une demi-heure si mes souvenirs sont bons) parce que ça me tentait bien comme challenge.

    Voici donc le résultat :

    A Beauxbâtons, il y a cinq Sociétés.

    La première fut fondée lorsque l’école fut bâtie. Eprise de la nature, aussi merveilleuse que dangereuse, elle valorise l’art des plantes. Ses élèves sont studieux et appliqués. Toujours ils suivent les enseignements du Lys.

    La deuxième fut fondée lorsque des élèves de l’école appelèrent à plus de diversité. Ils aimaient également la beauté, mais préféraient celle d’un ciel nocturne à la verdure printanière. Ainsi la Chauve-souris dispense-t-elle sa sagesse sur le mystère des étoiles, à des élèves calmes et spirituels.

    La troisième fut fondée lorsque la passion enflamma les plus fougueux et les plus courageux des élèves. Le Phœnix s’éleva alors pour enseigner la magie guerrière, aussi belle que cruelle.

    La quatrième fut fondée lorsque la guerre engendra trop de pertes. Le Serpent vint alors dispenser son savoir des potions et des sorts de réparation. Elèves solidaires et responsables apprirent donc à guérir, le plus beau des enseignements.

    La cinquième fut fondée lorsque la Carpe apparut. Vive et élégante, elle aimait s’amuser dans l’eau. Des élèves farceurs et enthousiastes la rejoignirent pour la beauté du geste. Elle leur enseigna le sport et la discipline.

    Ainsi se fait-il dans l’école de Beauxbâtons, où cinq Sociétés cohabitent en harmonie. Chacune perfectionne un talent, mais toutes œuvrent ensemble pour enrichir l’enseignement. La beauté de la magie enivre les élèves chaque jour, sous les yeux ravies du Lys, de la Chauve-souris, du Phœnix, du Serpent et de la Carpe.

     

    **

              Lorsque j’ai écrit ceci, je ne me rappelais pas grand-chose de ce que j’avais lu sur Beauxbâtons. J’ai donc omis d’implanter un décors connu à mon texte. Je me rattrape ici en rajoutant quelques détails concernant l’Académie de Beauxbâtons (comme je l'imagine) :

    - Elle est fondée bien plus tard que Poudlard, probablement aux alentours du XVe siècle. Le fait qu’un palais abrite l’école et que celui-ci soit entouré de jardins à la française, font penser à une construction post-Renaissance. J’ai donc décidé d’inscrire la première société durant cette période, et peut-être la seconde.

    - Le fait que les « maisons » de Beauxbâtons soient appelées « Sociétés » fait référence aux Sociétés savantes françaises, assez nombreuses au XIXe siècle. Il y a là un hiatus chronologique explicable par le fait que les Sociétés de Beauxbâtons n’avaient peut-être pas ce nom-là au départ. Peut-être était-ce des Chambres, comme dans un parlement ; des Maisons, comme à Poudlard ; ou encore des Ordres. Je n’ai pas réfléchi à cela. Quoi qu’il en soit, Beauxbâtons est assimilé à une école portée sur la beauté et la grâce, ce qui me fait pencher pour une évolution des modes comme chez les moldus (d’où le probable changement de nom).

    - Sur le blason, il y a deux baguettes en or et six étoiles. Les baguettes font ainsi, pour moi, références aux "Beaux bâtons". Pourquoi bâtons ? Sans doute à cause d’une anecdote type : un jour un sorcier français discutait avec un sorcier espagnol pour évoquer la création de cette école sans nom, accueillant des élèves de plusieurs pays et portant sur le blason deux belles baguettes en or. Le sorcier espagnol, parlant mal français, fit référence à ces baguettes en les nommant « les beaux bâtons » et ainsi fut trouver le nom de l’école (le sorcier étranger n’est pas forcément espagnol, on s’en fiche tant qu’il n’est pas francophone d’origine). Quant aux étoiles qui sont au nombre de six… Initialement, elles furent intégrées au blason à l’arrivée de la seconde Société, à droite et à gauche des baguettes. Il n’y en avait alors que deux. Lorsque la troisième Société fut créée, une troisième étoile prit place en dessous. La quatrième Société vit l’entrée d’une quatrième étoile au dessus des baguettes. C’est lorsque la cinquième Société fut créé que l’idée que les baguettes émettent les étoiles fut émise. Seulement cinq étoiles n'aurait pas été esthétique. Ainsi, la relation entre le nombre d’étoiles et de Sociétés disparue pour obtenir un blason harmonieux. Bien sûr, l’école prétendit au départ qu’il s’agissait de représenter l’école dans son ensemble, pour en montrer l’unité, avec cette sixième étoile. Cette excuse étant tellement mauvaise que les livres d’histoire sur Beauxbâtons ne parlent même plus de l’origine du blason.

    Voilà pour la petite histoire. J'envisage de mettre ça sous forme de texte un peu plus construit, style "Histoire de Beauxbâtons", que je publierai sur fanfiction.net.

     

    Pin It

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Opale
    Mercredi 21 Juin 2017 à 00:21

    Intéressant, mais un détail ne colle pas avec les sources officielles : sur le site Pottermore, l'auteur donne quelques informations sur cette école, et notamment sur l'époque de sa création : Nicolas et Perenelle Flamel s'y seraient rencontrés dans leur jeunesse, c'est à dire dans la deuxième moitié du XIVe siècle. Elle ne peut donc pas avoir été fondée au XVe siècle... En ce qui concerne les ''formal gardens'', pourquoi n'auraient-ils pas été réaménagés durant la Renaissance pour suivre la mode de l'époque, comme le changement de nom des maisons ?

      • Mercredi 21 Juin 2017 à 08:57

        Je ne lis pas tout sur Pottermore, voire plus rien puisque je ne vais plus dessus. L'histoire officielle réfléchie a posteriori ne m'intéresse que moyennement (ce qui ne veut pas dire que je l'ignore totalement non plus). Par contre, je ne rejette pas l'idée d'une création au XIVe siècle puis une évolution plus ou moins rapide de l'environnement. Comme je l'évoque dans mon article, j'imagine cette école changer en même temps que certaines modes.

        Merci pour ton avis, si jamais il me reprends l'envie de développer la naissance de Beauxbâtons, je repenserai au couple Flamel !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :