• Utopiales 2019 - Ce que j'y ai faitMon retour sur les Uto vient un mois après, mais il arrive !

     

    Cette année, j'ai pu y aller 2 jours de suite, donc faire (en théorie) beaucoup plus de choses.

     

    Le samedi 2 novembre :

    J'ai commencé par aller à la première conférence Scène Shayol sur Les espions dans la SF mais je suis partie avant la fin. J'ai trouvé que le modérateur gérait mal le sujet et rendait la conférence, qui aurait pu être intéressante, ennuyeuse et sans grand intérêt. J'ai donc préféré passer à autre chose.

    Je me suis donc baladée un peu partout dans le festival avant d'aller réserver mes places (parce qu'il faut le faire pour certaines conférences dans des salles aux places limitées) pour la conférence sur Le contrôle de l'information à 11h. Cette fois, je n'ai pas été déçue (et heureusement, parce qu'il est plus difficile de sortir discrètement d'une salle fermée que d'une scène ouverte). La conférence était très intéressante et instructive. Au passage, pour retrouver le podcast de certaines conférences, c'est avec ActuSF (je n'ai pas encore regardé les podcast publiés).

    Ensuite j'ai pris ma pause déjeuner et j'ai attendu pour aller voir 1984 de Michael Radford avec John Hurt. Cette adaptation de George Orwell est parue la même année que son titre et m'a fait le même effet que le livre : je l'ai vu, je ne le reverrai pas ! Non que ce ne soit pas bien. L'histoire est vraiment intéressante mais c'est un récit très dur, très marquant. Je pense qu'il faut l'avoir lu/vu au moins une fois dans sa vie, mais une fois me suffit amplement !

    Après le film, je suis retournée au Pôle Ludique du niveau 0 (il y en a un au -1, où l'on trouve notamment les tables de JDR) où j'avais déjà fait une petite incursion avant la conférence de 11h. Cette fois, j'ai pu tester des jeux entièrement (la première fois il avait fallu s'interrompre pour aller à la conf). Voici donc les jeux que j'ai testé le samedi après midi et qui m'ont bien plu :

    • Face de bouc (dès 6 ans) : mélange de rapidité et de mémoire -> c'est sympa mais on peut vite s'en lasser. Il faut être le premier à reconnaître un personnage quand il est retourné en le nommant comme il l'a été pas celui qui l'a retourné la première fois.
    • La Salsa des Oeufs (dès 7 ans) : mélange de rapidité et d'équilibre -> c'est assez drôle, notamment parque dès qu'on gagne un oeuf, il faut le coincé selon ce que le dé dira, et ça donne des positions assez comiques. Ca reste un jeu essentiellement pour les enfants.
    • Suhi roll (dès 8 ans) : jeu de dés et de stratégie -> je dirai le plus intéressant de la journée, celui pour lequel je me verrais bien jouer plus souvent.
    • Combi color (dès 8 ans) : jeu de stratégie -> stratégie assez simple : il faut colorier des cases en espérant faire le plus de points possibles. L'avantage de ce jeu, c'est qu'il dispose de nombreux plateaux avec des niveaux de difficultés évolutives.

    Utopiales 2019 - Ce que j'y ai fait

    Pour finir la journée, j'ai été dîner dans un pub pas très loin des Uto.

     

    Le dimanche 3 novembre :

    Je suis arrivée assez tard, aussi n'ai-je pu commencer ma journée qu'avec la conférence de 11h, scène Shayol, sur les Codes de l'uchronie. C'était fort intéressant.

    J'ai ensuite été déjeuner avant de revenir aux Uto pour le reste de l'après midi que j'ai passé à jouer ! Pour compléter les jeux de la veille, voilà ce que j'ai testé le deuxième jour :

    • Zombie kidz evolution (à partir de 7 ans) : jeu coopératif -> un peu simple dans son format de base. La forme plus évoluée ne m'a pas paru beaucoup plus intéressante, mais il est intéressant pour jouer avec des enfants dans la mesure où c'est un jeu qui se base sur la coopération et non l'affrontement entre ses joueurs.
    • Flash 8 (à partir de 7 ans) : jeu de rapidité et de reproduction ->sorte de jeu du taquin dans lequel il faut reproduire plus vite que les autres les positionnements indiqués par les cartes. J'adore ce jeu ! Il a l'avantage de pouvoir se jouer en solo.
    • Kingdomino duel (à partir de 8 ans) : jeu de stratégie  -> différent du Kingdomino sur plateau dans son format. Cette fois, il s'agit de répartir des blasons pour constituer son royaume selon un procédé très précis, à partir de dés. Il faut vraiment faire attention quand on place ses blasons au risque de se retrouver coincé. Le seul bémol, c'est que si on y joue beaucoup, il va falloir penser à photocopier les cartes ou à les effacer (si on utilise un crayon à papier) pour pouvoir continuer à jouer.

    Utopiales 2019 - Ce que j'y ai fait

    Pour finir la journée, j'ai fait mon désormais traditionnel JDR des Uto. On s'est bien amusé autour de la table à créer une télé réalité autour des surhumains. C'est par ici pour découvrir l'univers du Complexe du Croisé à travers une petite description de ma partie. D'autres parties sont présentées sur la page facebook, je vous laisse les découvrir.L’image contient peut-être : texte

     

    Les Utopiales 2019 ont été très ludiques pour moi et, même si j'aurais aimé faire plus de conférences, je suis bien contente de mon weekend. Hâte d'être à l'année prochaine !

    Pin It

    2 commentaires
  • Tolkien (2019)Voilà déjà quelques mois que je l'ai vu donc il est temps que j'en parle.

    Tolkien est un film de Dome Karukoski, avec Nicholas Hoult, Lily Collins ou encore Derek Jacobi.

    Sortie au printemps 2019, il revient sur la jeunesse de J.R.R. Tolkien jusqu'à la fin de la Première Guerre mondiale, à laquelle il a participé.

    C'est un film tout simplement magnifique et plein de poésie. Les passages sur la guerre se mélangent à l'imaginaire de l'inventeur de la Terre du Milieu, présentant ainsi les similitudes entre le Mordor tel qu'on se le représente depuis les films de Peter Jackson, et les tranchées qui ont profondément marquées le jeune Tolkien.

    Il y a donc une grande part au drame dans ce film, mais relativisé par tous les moments de bonheur que l'auteur a vécu. C'est un film qui parle aussi de l'amour qu'il avait pour sa femme, autant que de ses amitiés de jeunesse.

    Le film reprend donc dans la vie de Tolkien beaucoup de ce qui lui donnera l'inspiration pour le Seigneur des Anneaux. C'est avant tout une histoire d'amitié, de courage et de persévérance.

    Pin It

    votre commentaire
  • The Boys - saison 1 (2019)The boys est une série de Eric Kripke, avec Karl Urban, Jack Quaid, Antony Starr et plein d'autres.

     

    Il ne s'agit pas d'une série de super-héros mais sur les super-héros. Adapté du comics de Garth Ennis et Darick Robertson, elle montre l'envers du décors des supers-héros.

    On a ici affaire à des supers-héros contrôlés par une entreprise qui se charge de louer leurs services pour défendre la société contre différentes menaces. Dans le même temps, l'entreprise en question gagne pas mal d'argent avec tous les produits dérivés (films, etc.) qu'elle tire de ces "employés".

    Face à eux, on retrouve des individus mécontents, notamment parce qu'ils ont pas mal de reprochent à faire à ces dits super-héros. Leur petit groupe va tout tenter pour faire tomber ces figures héroïques.

     

    C'est une série violente qui critique la manipulation médiatique et montre que les supers-héros ne sont finalement que des êtres humains avec des pouvoirs qui les rendent plus puissants que la moyenne.

    J'ai beaucoup aimé les 8 épisodes de cette première saison, qui laissent néanmoins un goût amer. Il n'y a au final que très peu de personnages véritablement honnêtes dans cette série, ce qui rend les relations entre les individus d'autant plus intéressantes. Compte tenu de la fin de la saison 1, la suite m'intrigue.

    Je n'en dirai pas plus au risque de spoiler, ce qui serait fort dommage. Je ne conseillerai pas cette série à tout le monde, parce qu'au-delà de la violence physique, il y a tout l'aspect psychologique derrière qui peut laisser des traces.

    Pin It

    2 commentaires
  • Mercy Thompson - Patricia BriggsMercy Thompson est une série de livres écrite par Patricia Briggs dans un univers de fantasy urbaine. On y retrouve donc des loups-garous et des vampires, mais aussi bien d'autres créatures fantastiques.

     

    Je mets ici la quatrième de couverture de L'Appel de la Lune, soit le tome 1 :

    "Les loups-garous peuvent être dangereux si vous vous mettez en travers de leur chemin? Ils ont un talent extraordinaire pour dissimuler leur véritable nature aux yeux des humains. Mais moi, je ne suis pas tout à fait humaine."

    En effet, Mercy Thompson n'est pas une fille des plus banales. Mécanicienne dans le Montana [en fait, c'est dans l'Etat de Washington qu'elle habite], c'est une dure à cuire qui n'hésite pas à mettre les mains dans le cambouis et à sortir les griffes quand le danger frappe à sa porte.

    Mais ce n'est pas tout : son voisin très sexy est le chef de meute d'une bande de loups-garous, le minibus qu'elle bricole en ce moment appartient à un vampire, et la vieille dame très digne qui lui rend visite vient de jeter des sorts sur son garage.

    Au coeur de ce monde des créatures de la nuit, Mercy se trouve mêlée à une délicate affaire de meurtre et d'enlèvement...

     

     

    Si on ne m'avait pas offert ce premier tome en me disant que c'était vraiment génial, je dois reconnaître que je ne m'y serais probablement jamais plongé. En relisant cette quatrième de couverture, je me dis que la personne qui l'a fait n'a pas dû lire le livre avant. En fait, si on enlève la couverture (l'image de la chaudasse tatouée compris), ce livre est absolument génial.

    Le premier tome reste un moyen d'entrer dans l'univers de Mercy Thompson, mais il est déjà bien complet. Concernant les créatures fantastiques, il ne fait qu'effleurer la surface mais pour le reste, il présente bien les personnages principaux.

    Mercy est effectivement une mécanicienne (donc trace de cambouis sur les mains et vêtements tâchés, soit assez loin de ce que la couverture offre comme visuel) et elle a un caractère bien trempé ! Son voisin est bien un loup-garou, mais c'est une meute qu'il dirige et pas simplement une bande locale. Le terme de meute à son importance car elle recouvre une organisation très précise qui se dévoile au fil des tomes. C'est d'ailleurs une des choses de bien dans les Mercy Thompson : on en découvre toujours un peu plus d'un tome à l'autre.

    Patricia Briggs ne nous donne pas à lire de la bit-lit romantique où une jeune femme serait tiraillée entre un vampire et un loup-garou. Non ! Elle nous offre une histoire complexe, avec un bestiaire fantastique bien travaillé, une héroïne qui n'a pas toujours besoin d'être secourue (oui, des fois ça arrive mais il faut reconnaître qu'elle affronte des trucs bien costauds) et des relations complexes entre des personnages ayant des personnalités bien définies (quoi que parfois pas très faciles à cerner).

    L'autrice a fait un énorme travail de recherches pour pouvoir intégrer ce qui semble être à peu près tous les mythes qui existent, au moins en Europe et aux Etats-Unis. Je n'en suis qu'au tome 10 (le 11 n'est pas encore sortie... et ça se lit très bien, alors il ne faut pas avoir peur du nombre !) donc peut-être vais-je continuer à découvrir de nouvelles créatures. Elle a créé tout un système de politique au sein des catégories de créatures et des catégories entre elles. C'est bien fait et n'en rend l'univers que plus intéressant.

     

    En résumé, si on va au-delà de la première et de la quatrième de couverture du tome 1, on découvre un univers fantastique riche et des personnages bien travaillés. C'est loin d'être une romance, même si les sentiments de Mercy envers certains personnages ont une part importante dans le récit. Chaque tome réussi à se renouveler et à développer un peu plus l'univers fantastique.

     

    Pin It

    votre commentaire
  • Utopiales 2019C'est le retour des Utopiales qui se déroulent du 31 octobre au 4 novembre, toujours à la Cité des Congrès de Nantes.

    C'est un rendez-vous que je ne veux pas manqué (depuis que je le connais) ne serait-ce que pour l'ambiance du festival. Je n'y serais encore probablement que sur un jour (peut-être deux) mais je compte bien en profiter à fond !

    Je n'ai pas encore défini mon programme, ce que je fais en général sur place (trop de conférences intéressantes programmées alors je me décide au dernier moment en fonction de ce qui me tente le plus quand j'y suis). Seul la partie de JDR est prévue... bien que je ne saurai que le jour J en quoi elle consistera ! En général, je débarque le matin, je vais au pôle ludique et je m'inscris pour une partie qui m'intéresse et qui rentre dans mes critères (pas trop longue notamment).

    J'ai mis ci-contre l'affiche, qui est, de mon point de vue, bien plus jolie que l'année dernière (j'ai vraiment du mal avec celle de 2018). Et sinon, en lien le site du festival sur lequel retrouver toutes les infos, dont le programme : https://www.utopiales.org/.

    Pin It

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires